Une activité scientifique, l'Archéologie

Portée à bout de bras par deux membres du Club, Eric VINCENT et Christelle GESCHWIND, le Neptune Club Nogentais compte une section Archéologie...


                                                            Archéologie subaquatique en milieu fluviatile
                                 

On distingue l'archéologie subaquatique qui concerne les eaux intérieures par opposition à l'archéologie sous-marine qui est pratiquée en milieu marin. Les milieux humides pouvant présenter un intérêt archéologique sont les lacs, rivières, puits, étangs, tourbières, marécages, nappe phréatique, conduits souterrains noyés, etc... La profondeur d'immersion va de zéro à quelques mètres dans la majorité des cas mais peut exceptionnellement atteindre quelques dizaines de mètres.

Les trouvailles archéologiques en rivières remontent aux grands travaux de canalisation effectuées depuis le second empire. C'est à des amateurs de l'époque que l'on doit la récupération de documents d'ailleurs souvent sélectionnés pour leur bonne mine. Bien que souffrant des lacunes du temps, la littérature parue alors sur le sujet a le mérite d'avoir attiré l'attention sur le formidable potentiel archéologique des cours d'eau.

Les recherches sérieuses en rivières ont un passé plus récent que celles, plus connues, menées en lacs mais après des balbutiements dans les années 1960, permis par l'utilisation du scaphandre autonome, les deux dernières décennies ont vu se développer une nouvelle discipline : l'archéologie en milieu fluviatile, grâce à la pénétration de l'archéologue en personne dans l'élément. Les résultats obtenus ont confirmé la possibilité d'intervention subaquatique et potentiel archéologique de rivières telles la Saône, la Seine, la Marne, la Charente, la Dordogne, ... Cette richesse n'est d'ailleurs pas l'apanage de la rivière puisque l'investigation des zones humides voisines a également livré des vestiges conséquents notamment en matériaux périssables.

La motivation de telles recherches est l'aspect scientifique mais aussi la prévention face à la vulnérabilité des vestiges. Les travaux d'aménagement des cours d'eau ne sont que rarement pris en compte par les services archéologiques dans le cadre de l'archéologie préventive, parce qu'ils ne font pas forcément l'objet d'une procédure administrative portée à leur connaissance ou souvent parce que ces services ne sont pas sensibilisés au risque et méconnaissent qu'il existe des moyens d'intervention. Il y a donc un réel besoin d'enrichissement de la carte archéologique avec les ressources du subaquatique.

Vestiges subaquatiques sur le Nogentais

Cliquez pour agrandir l'imageOn rencontre dans les rivières des témoins naturels ou anthropiques de toutes les périodes depuis la préhistoire jusqu'à aujourd'hui. Ces vestiges mobiliers ou immobiliers témoignent des activités humaines qui se sont déroulées sur l'eau ou à proximité et concernent de nombreux domaines : pêche, franchissement par bacs, ponts ou gués qui livrent de nombreux documents notamment cultuel, transport de personnes et marchandises, canalisation, épaves, meunerie, etc…

La seconde phase consiste à repérer et d'identifier des indices archéologiques en les observant directement en menant des prospections à vue par plongeurs munis d'un équipement classique. Les conditions de ce type d'intervention sont souvent difficiles : visibilité réduite, courant, navigation intense, progression lente. 
Cliquez pour agrandir l'image
  • Lieu : PONT SUR SEINE (Aube)
  • Matériau : Base de Colonne Granitique
  • Période : Gallo Romaine
La troisième phase du processus consiste à fouiller les sites localisés par prospection. Les méthodes sont très proches de celles utilisées en terrestre : délimitation géographique et matérialisation de la zone à fouiller, enlèvement des sédiments gênants sans endommagement des vestiges, fouille des couches archéologiques par strates  horizontales, positionnement topographique des objets et structures dans les trois dimensions, observations à faire sur les mêmes in-situ ; dépose et récupération des vestiges et de tout ou partie du sédiment encaissant, enregistrement des observations. 
Cliquez pour agrandir l'image
  • Lieu : LA MOTTE TILLY (Aube)
  • Matériau : Céramique
  •   Période : un siècle avant l'Epoque Gallo Romaine


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : mardi 11 décembre 2018